"Vivre l’EURO les yeux fermés"

 

Vivre l’EURO les yeux fermés

Dans le cadre du projet UEFA EURO 2016 Respecte l’accessibilité pour tous mis en œuvre par CAFE pendant le tournoi, 30 étudiants en médias et journalisme ont été formés pour pouvoir fournir des Commentaires en Audio-Description (CAD) pour les personnes malvoyantes et aveugles.

 

Ce service inclusif a alors été disponible pendant chaque match du tournoi avec grand succès.  Pour plus d’information sur ce projet et notre partenaire CAD, Aveugles de France, veuillez cliquer ici.

 

En héritage de l’UEFA EURO 2016, les commentateurs en audio description ont l’occasion d’utiliser leur nouvelles compétences afin de continuer à  fournir ce service inclusif dans les stades de football à travers la France.  Conformément avec l’objectif de créer un héritage pérenne du projet UEFA EURO 2016 Respecte l’accessibilité pour tous, CAFE a fait don aux stades hôtes du matériel technique utilisé pendant le tournoi. Le but ultime de ce projet, en plus de fournir ce service pendant l’UEFA EURO 2016, est de créer une expérience inclusive pour les personnes malvoyantes et aveugles pour les années à venir.

 

Un des étudiants qui a été formé pour la livraison du service, Julien Ronca, a créé un blog sur son expérience hautement positive pendant l’UEFA EURO 2016 et sa volonté de continuer à fournir ce service dans l’avenir au stade vélodrome de Marseille.


Ma dernière expérience m’a amené dans le nord de la France, pour commenter les matches de l’EURO 2016 d’une façon un peu particulière. Le commentaire est audio-descriptif et permet aux supporters aveugles et malvoyants de suivre la rencontre dans les stades, en direct.

 

Un mois de pur bonheur. Un mois à vivre l’EURO au jour le jour, à y prendre part. C’était au delà de toutes mes espérances. Le rêve de gosse était devenu réalité : j’allais commenter des matches de football, en France, à l’occasion de la plus grande compétition européenne de l’année, l’EURO 2016.

 

Cerise sur le gâteau, l’expérience est d’autant plus belle qu’elle est humaine : je commenterai ces matches en audio-description pour les supporters aveugles et malvoyants présents dans les stades. Une superbe initiative lancée par l’UEFA et mise en place par CAFE (Centre pour l’Accès au Football en Europe).

 

Notre groupe de commentateurs néophytes à l’issue de notre formation à ParisMais le commentaire audio-descriptif, qu’est-ce que c’est ? Globalement, ça se rapproche beaucoup du commentaire radio. Il y a moins de blancs qu’à la télévision, pour ne pas dire aucun, et énormément d’informations supplémentaires. Le public étant privé de vision, mais néanmoins connaisseur, il faut donner beaucoup de détails techniques et préciser tout ce qu’il se passe dans le stade, en passant par les tribunes et les bancs de touche. Et souvent, lorsque le jeu nous le permet, on peut rajouter quelques informations cocasses, comme les coupes de cheveux originales, les paires de crampons dépareillées de Puma, le mariage d’un tel reporté… Le but étant d’immerger complètement le supporter non-voyant dans le match, de sorte qu’il puisse réagir en direct aux actions et profiter aussi bien de l’ambiance que les autres supporters.

 

J’ai eu un beau programme, avec six matches entre Lille et Lens, dont ceux de l’Allemagne, la France, l’Angleterre ou la Belgique. Soit, que du bon.

 

Grande première à Lens, accompagné par Youmni, étudiant journaliste à l’ESJ de Lille, dans un Stade Bollaert-Delelis flambant neuf et magnifique, pour un intéressant Albanie-Suisse. Si la boule au ventre était là au début, elle a rapidement disparu au profit d’un immense plaisir et d’une aisance qui m’a moi-même surpris. L’avantage avec ce commentaire, c’est qu’on peut se lâcher, et que la notion de plaisir prend toute son importance. On peut s’amuser, apporter un peu d’humour, alors forcément je me suis tout de suite débridé.

 

Deuxième match au Stade Pierre Mauroy de Villeneuve d’Ascq (Lille), avec Augustin, étudiant à l’Académie ESJ de Lille. Sans doute le meilleur duo que j’ai formé : nous étions assez complémentaires et prenions tous deux un plaisir monstre à effectuer notre mission, encore plus ce soir-là, devant les champions du monde en titre pour Allemagne-Ukraine. Le cœur forcément allemand de par mes origines bavaroises, j’ai profité à fond de cette opportunité. Si le spectacle n’était pas vraiment au rendez-vous, les buts furent là, et c’est bien le principal.

 

Troisième date, à Lens, avec Youmni, pour le plus grand frisson de ma vie. Je n’avais jamais vu une ambiance pareille, et pourtant je suis Marseillais… Angleterre-Pays de Galles. Derby britannique. Un « God save the Queen » assourdissant, un match à surprise et rebondissements. Sans conteste l’un des plus grand souvenir de cette compétition. Les anglais sont incomparables.

 

Mon deuxième match à Lille ne fut pas le meilleur, mais m’offra la possibilité de commenter les bleus lors de Suisse-France. Le 0-0 arrangea tout le monde, sauf en tribune presse, où ma déception fut partagée par Augustin. Je fus étonnamment surpris pas le peu d’ambiance proposé par les supporters français, bien en dessous de leurs homologues anglo-saxons ou mêmes germaniques. Et même si Pierre Mauroy est plus grand que Bollaert, l’ambiance y est bien moins importante. Un effet sans doute dû à la profondeur du stade, qui parait bien plus petit vu de l’intérieur que de l’extérieur.

 

Destination huitièmes de finale à Lens avec Youmni, compère lensois de la compétition, pour Croatie-Portugal. La purge. 117 minutes sans tir cadré, le temps fut long… Très long. Et à la fin, se sont les portugais qui passent. Ma déception n’est pas passée inaperçue, et certains de nos auditeurs, rencontrés à la sortie, m’ont même réconforté ! L’avantage de ce commentaire, clairement, c’est que l’on pouvait/devait y mettre beaucoup d’émotions. Que de bons retours sur ce point-là de la part de nos auditeurs.

 

Et quel finish. C’est avec Augustin, mon co-commentateur de choc, à Villeneuve d’Ascq, au Stade Pierre Mauroy, que mon aventure s’est arrêtée, en quarts de finale, pour la rencontre Belgique-Pays de Galles. Une grande troupe de supporters belges et utilisateurs de l’audio-description s’était déplacée pour l’occasion, encadrée par Jean-Marc Streel, journaliste belge de la RTBF, qui nous a formés mes collègues et moi. Ce fut sans doute l’un des plus beaux matches de la compétition, et je suis heureux et fier de l’avoir commenté. J’ai tant hurlé sur les buts gallois que je m’en suis cassé la voix, au grand damn de nos auditeurs, qui nous en reparlaient hilares à la fin de la rencontre.

 

Le supporters belges profitant de l’audio-description, accompagnés par Jean-Marc Streel (au centre)Ce fut une superbe expérience, lors de laquelle j’ai beaucoup appris et énormément profité. Une bonne nouvelle est tombée à la fin de la compétition : CAFE, l’association qui proposait ce commentaire audio-descriptif, a fait don du matériel aux stades participants à la compétition. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, j’ai appris que je continuerai l’aventure à domicile. C’est donc avec plaisir que je reprendrai mon casque et mon micro, à Marseille, pour partager les matches et l’ambiance du Vélodrome aux supporters qui n’en ont jamais eu l’occasion. Rendez-vous 107.9 à partir d’août si vous venez voir l’OM.

 

Mention spéciale à la Fédération des Aveugles et Handicapés visuels de France, à l’association ASA, à CAFE et à l’UEFA, et un grand merci aux volontaires UEFA, à mes formateurs Charly Simo et Jean-Marc Streel, ainsi qu’à Joanna Deagle de CAFE.

 

J’ai également raconté mon expérience à So Foot et à Ouest France.

 

https://lecoupdeju.wordpress.com/2016/07/20/vivre-leuro-les-yeux-fermes/


Pour plus d’information sur les commentaires en audio-description, veuillez cliquer ici.

 

Si vous êtes intéressé par la mise en œuvre de commentaires en audio-description dans votre stade, merci de contacter CAFE pour plus d’information: mail info@cafefootball.eu, téléphone +44 (0)20 8621 2405 ou envoyez un tweet @cafefootball.